Mi lista de blogs

sábado, 5 de noviembre de 2016

Journée de sensibilisation aux tsunamis : l'ONU souligne la nécessité de réduire et prévenir les risques

Journée de sensibilisation aux tsunamis : l'ONU souligne la nécessité de réduire et prévenir les risques



5 novembre 2016 – A l'occasion de la première Journée mondiale de sensibilisation aux tsunamis (5 novembre), le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a rappelé samedi l'importance de réduire les risques existants et de prévenir de nouveaux risques.

Depuis 1996, 250.900 personnes ont péri dans 21 pays frappés par 30 tsunamis. Les tsunamis représentent également un grand danger pour les principales infrastructures qui sont construites ou doivent être construites dans des zones côtières et amènent l'ensemble des acteurs à réfléchir à une stratégie de réduction et de prévention des risques.

« Ce principe devrait guider le travail de tous les responsables des secteurs public et privé qui sont appelés à prendre des décisions sur de grands projets d'infrastructure dans les zones à risques sismiques et près des rivages exposés », a déclaré le Secrétaire général dans un message.

M. Ban a rappelé que le 5 novembre 1854, un chef de village japonais a reconnu les signes d'un tsunami imminent et a improvisé un système d'alerte rapide d'une efficacité remarquable. « Il a mis le feu à ses gerbes de riz, sauvant ainsi la vie de beaucoup de villageois qui, en voyant la fumée, ont accouru pour aider à éteindre les flammes », a-t-il dit.

« Au fil des ans, les systèmes d'alerte rapide sont devenus plus sophistiqués, en particulier depuis le tsunami de 2004 dans l'océan Indien, qui a fait près de 226.000 victimes », a dit le chef de l'ONU. « Ce drame a conduit à la mise en place du Système d'alerte aux tsunamis et d'atténuation de leurs effets dans l'océan Indien ».

En septembre dernier, la Commission océanographique intergouvernementale de l'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO) a invité des responsables de la gestion des catastrophes de 24 pays situés en bordure de l'océan Indien à participer aux plus grands exercices de simulation de tsunami jamais organisés.

L'importance des exercices de simulation et d'évacuation est soulignée dans un rapport publié samedi par le Bureau des Nations Unies pour la prévention des catastrophes (UNISDR). Il y est indiqué que la croissance démographique accroît les risques de tsunami et de catastrophe dans beaucoup de régions.

« Les tsunamis ne connaissent pas de frontières, ce qui rend la coopération internationale essentielle pour une meilleure compréhension politique et publique des mesures de réduction des risques », a déclaré samedi le Représentant spécial du Secrétaire général pour la réduction des risques de catastrophe, Robert Glasser, lors de la dernière journée de la Conférence ministérielle asiatique pour la réduction des risques de catastrophe à New Dehli, en Inde.

La gravité de cette menace a été démontrée en mars 2011 par le grand séisme et le tsunami qui ont frappé l'est du Japon et qui ont coûté la vie à de nombreuses personnes, rendu nombre d'autres sans abri et provoqué une explosion à la centrale nucléaire de Fukushima.

« Les tsunamis sont peut-être rares mais, comme n'importe quelle autre catastrophe naturelle, si nous n'y sommes pas préparés et sensibilisés, nous risquerons de le payer cher », a prévenu le Secrétaire général.